Interview de Jérôme Dron – Arbitre officiel depuis 1991 – Adhérent de l’UNAF et de Supporter Sans Interférer


 

 

Interview de Jérôme Dron

 

 

Arbitre officiel depuis 1991 – Adhérent de l’UNAF et de Supporter Sans Interférer

 

Cette rubrique est, comme vous le savez, consacrée à rendre hommage et remercier les éducateurs, adhérents, parents, joueurs et arbitres (bénévoles ou officiels)… ayant compris et promouvant les valeurs de l’Association « Supporter sans interférer » et du Sport, que ce soit sur les terrains ou en dehors. Merci à eux et de leurs réponses.

Cette fois-ci, Jérôme Dron, arbitre officiel auprès de l’U.N.A.F, a accepté de répondre à nos questions sur sa vision du football et ses histoires footballistiques.
  
  

Vincent n 17 : Bonjour Jérôme. Merci de répondre à mes questions sur ton investissement au sein du football.

Jérôme Dron : Bonjour. Merci à vous de m’avoir convié.
   
   
Vincent n 17 : Présentes-toi en quelques mots ?

Jérôme Dron : Je m’appelle Jérôme DRON, j’ai 45 ans, je suis marié et j’ai deux enfants. Je suis arbitre officiel de football depuis 1991 et également adhérent depuis cette date à l’UNAF (Union Nationale des Arbitres de Football Français, site internet : http://unaf-arbitres.com/), association dont la vocation est la défense des arbitres. Depuis 8 ans, j’exerce aussi en qualité de dirigeant de boxe anglaise professionnelle au club du LSC Boxe de Levallois-Perret. Enfin, j’ai réussi l’examen des juges-arbitres de boxe et, à ce titre, j’officie également sur les rings. S’agissant de ma profession, je suis rédacteur au Ministère de la Justice. Parallèlement à mon activité professionnelle, j’œuvre bénévolement au sein de l’Association Sportive et Culturelle du Ministère de la Justice.

 

 
   
   
Vincent n 17 : Parles-nous de ton expérience du milieu footballistique et des comportements?

Jérôme Dron : Aujourd’hui, après 26 ans de carrière, voici ce que je peux dire. Le football est le sport le plus pratiqué en France et dans le monde, parce qu’il reste très populaire auprès de tous, y compris chez les femmes. S’agissant de mon expérience et des comportements, j’aurais beaucoup à dire… Tout d’abord, le football, notamment l’arbitrage, m’a permis de faire de belles rencontres, diverses et variées. S’agissant des comportements, je constate qu’ils ont fluctué en fonction de l’évolution de la société. En effet, j’ai pu observer à mes débuts une certaine agressivité sur les stades qui s’est calmée avec les années mais qui, de nos jours, revient et s’amplifie. Par exemple, il y a deux mois, un de mes collègues arbitres a été attendu à la sortie de son travail. Il s’avère qu’il avait officié le dimanche précédent et qu’il avait exclu lors du match son futur agresseur… Je ne voudrais pas noircir le tableau car les violences restent tout de même mineures au regard de ce que peut apporter ce beau sport d’équipe. J’ajoute que le comportement des joueurs professionnels se doit d’être exemplaire compte tenu de la couverture médiatique dont ils bénéficient.

 

Vincent n 17 : Parles-nous de ton rôle d’arbitre ?

Jérôme Dron : En deux mots, c’est un rôle difficile… Je pense sincèrement qu’être arbitre est une véritable vocation ; c’est pour moi une véritable passion et cela fait partie intégrante de ma vie car j’y consacre beaucoup de temps. Je m’efforce toujours dans mes fonctions d’être irréprochable : tenue, comportement, ouverture au dialogue… C’est ainsi que j’aspire à ce que la loi soit respectée dans un esprit de conciliation. J’ajouterai enfin que lorsque je dois prendre une sanction, je ne me dérobe pas à mes responsabilités et je vais jusqu’au bout de mes décisions.

 

Vincent n 17 : A quoi sert l’UNAF ? Et quel est ton rôle ?

Jérôme Dron : Tout d’abord, je rappelle que l’UNAF (Union Nationale des Arbitres de Football Français) est une association de type loi 1901 de défense des arbitres.

Elle se compose comme suit :

  • des sections régionales et départementales.

Ses missions principales sont les suivantes :

  • assister tout arbitre dans le besoin ;

  • représenter les arbitres et l’arbitrage en véhiculant une image de marque dynamique ;

  • assurer la défense juridique des arbitres adhérents ;

  • valoriser le rôle d’éducateur de chaque arbitre ;

  • favoriser l’intégration de l’arbitre dans son club.

Je suis le délégué juridique du département des Hauts-de-Seine (Alto-séquanais). Mon rôle consiste notamment à soutenir et accompagner dans leurs démarches mes collègues, victimes d’agressions. A ce titre, une convention a été signée entre la section UNAF 92 et le tribunal de grande instance de Nanterre aux fins d’application de la loi n°2006-12994 du 23 octobre 2006 portant diverses dispositions relatives aux arbitres.

 

 

Vincent n 17 : Peux-tu en quelques lignes nous expliquer la loi n° 2006-1294 du 23 octobre 2006 portant diverses dispositions relatives aux arbitres et pour quelles raisons tu as défendu ce texte ?

Jérôme Dron : Cette loi dite «loi LAMOUR » de 2006 reconnaît à l’arbitre une mission de service public. En effet, toutes les atteintes dont on peut être victime dans l’exercice ou non de notre mission sont depuis réprimées par le code pénal. Exemples : outrage en parole ou en geste (7500 euros d’amendes – article 433-5 du code pénal) ; menaces de crime ou délit sur la personne de l’arbitre (2 ans d’emprisonnement, 30 000 euros d’amende – article 433-3 du code pénal) ; violences sur arbitre entraînant une incapacité de travail (5 ans d’emprisonnement, 75 000 euros d’amende – article 222-11 du code pénal). Il faut savoir que l’UNAF et moi-même, nous nous occupons de toute la procédure et que les frais d’avocats en faveur du collègue agressé sont totalement pris en charge.

 

                    Ce qu’entend l’arbitre !

 

Vincent n 17 : Pourquoi avoir choisi de rejoindre l’Association « Supporter sans interférer  (SSI) » ?

Jérôme Dron : J’ai connu et suivi votre Association par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Je partage pleinement les valeurs qu’elle véhicule, à savoir : l’accompagnement, la convivialité, le courage, la laïcité, l’engagement, le goût d’entreprendre, le lien social, l’innovation, le respect, la transparence et la tolérance.

 

              Hommage à Thierry Rolland

  

Vincent n 17 : Que penses-tu que «Supporter sans interférer » puisse apporter au milieu du sport ?

Jérôme Dron : Je pense que cela peut encourager les pratiquants et supporters de tout sport à respecter le rôle de chacun, sans interférer dans l’une ou l’autre des parties ; c’est le principe de base de la neutralité. Pour sensibiliser les acteurs et le public, il y a lieu de mettre en œuvre des actions comme vous vous y employez et comme je les conduis depuis plusieurs années.

 

Vincent n 17 : Parles-nous de l’Association Sportive et Culturelle du Ministère de la Justice ?

Jérôme Dron : L’Association Sportive et Culturelle du Ministère de la Justice (ASCMJ) est en quelque sorte un comité d’entreprise alliant sport et culture au sein du Ministère de la Justice. Il y a 22 ans, au début de ma carrière professionnelle, j’ai pu la découvrir et j’ai décidé de la rejoindre, sous l’impulsion de la Présidente d’alors qui m’a donné l’opportunité de créer une section de football, toujours active aujourd’hui. Porté par ma passion pour le jeu et les rencontres conviviales, j’ai mis en place, grâce au soutien de l’ASCMJ, un tournoi de foot à 7 initialement appelé «Tournoi de la justice », en partenariat avec la mutuelle du Ministère de la Justice et une entreprise du secteur privé. En raison de mes nombreuses activités annexes, je n’avais plus la possibilité d’œuvrer pleinement au sein de l’ASCMJ. Après trois années d’interruption, j’ai été contacté pour relancer ce tournoi en raison d’une forte demande des équipes invitées et des partenaires. Depuis 2015, ce tournoi a repris toute sa place. Il se déroulera pour l’année 2017, fin mai – début juin sur les installations sportives de Charenton dans le département du Val-de-Marne.

 

Vincent n 17 : Tu es donc une personne engagée dans le tissu associatif ?

Jérôme Dron : Bien évidemment ! Pleinement ! Je suis un acteur à part entière du réseau associatif, et beaucoup trop au goût de mon épouse (rires).
 

Vincent n 17 : Quel est le meilleur souvenir en termes de respect et de fair-play « sur ou en dehors » des terrains que tu as vécu depuis que tu connais le football ?

Jérôme Dron : J’en ai plusieurs en tête, mais un seul m’a marqué, car c’est celui qui m’a conduit vers l’arbitrage. J’étais jeune joueur, en catégorie « Junior » au club du CAP de Charenton, et, lors d’un match de la Coupe « Gambardella » (coupe de France des moins de 18 ans) contre le FC Thiais, Joël QUINIOU, ancien arbitre international français de football a été désigné sur mon match par erreur… Mais il a néanmoins tenu à officier alors qu’il revenait tout juste d’arbitrer la finale de la coupe d’Europe (Inter Milan – AS Rome). Je garde en mémoire un souvenir impérissable de ma première rencontre avec Joël et des deux équipes qui ont joué dans un fair-play remarquable.

 

Vincent n 17 : Que peut-on te souhaiter pour l’avenir ? Merci de tes réponses et à bientôt.

Jérôme Dron : Ce que je souhaite vivement, c’est de conserver la santé aux fins de continuer de vivre ma passion. Une grande partie de ma vie, vouée à ce sport, m’a permis, comme je vous l’ai déjà précisé, de faire de belles rencontres. Sachez que celle avec votre association « Supporter sans interférer » marquera ma carrière. Je suis donc très heureux de vous rejoindre pour m’investir à vos côtés et apporter à l’Association mon entière contribution pour son rayonnement.

Enfin, je tiens à vous renouveler tous mes remerciements pour votre cordiale invitation et pour l’intérêt que vous me manifestez.

 

  
  

Nous souhaitons, par avance, bienvenue aux prochains clubs et adhérents voulant rejoindre notre association.

 

Pour nous suivre sur le web :

1. site web : www.footsupporterssi.com

2. Lien site facebook : https://fr-fr.facebook.com/pages/Supporter-sans-interf%C3%A9rer/451195065017972

Nous joindre : sup100i.asso@gmail.com

 

Vincent n 17